Choix de la section et de la quantité des tiges filetées (cas d’une muralière)

Bruno, Manitra, Fanoa, Langa

Définir la dimension, le nombre et l’écart entre les tiges nécessaires à la fixation d’une poutre muralière est toujours un acte difficile pour le novice. De plus, ces choix déterminent la solidité de la fixation et on voit très souvent des ouvrages s’effondrer à cause de tiges sous-dimensionnées ou trop écartées. Cependant, l’autre erreur concerne le sur-dimensionnement. La bonne méthode consiste à faire les bons choix, c’est-à-dire ni trop, ni trop peu et celle que nous vous présentons ci-dessous est à la portée du bricoleur.

Voici un extrait gratuit du guide de construction :

Cette partie du guide concerne le calcul de la section de la tige filetée et de la quantité à répartir le long d’une poutre muralière sur une façade. En effet, on fait souvent appel à la pose d’une muralière dans une structure en bois telles une pergola adossée, une terrasse sur poutre porteuse fixée à une façade, une extension en bois, etc.

Pour ce faire, on utilise les théories et résultats de l’EUROCODE 5 des ouvrages « Vérification des assemblages aux eurocodes » et « Calcul des structures en bois. Guide d’application ».

Schéma de fixation d’une muralière sur une façade
  • Pièce t1 : poutre muralière
  • Pièce t2 : façade porteuse

Voici la méthodologie de calcul :

  1. déterminer la charge de la muralière,
  2. déterminer la résistance d’une tige à partir du tableau des résistances ci-bas,
  3. déterminer le nombre de tiges nécessaires à la muralière et connaître les conditions de pose des tiges sur la poutre muralière,
  4. vérifier la résistance du bois au droit de l’assemblage.

1. Déterminer la charge sur la muralière

La charge d’exploitation pour une poutre muralière dépend généralement de 2 facteurs :

  • la surcharge (neige) sur la toiture (cas d’une pergola, d’une cabane, d’une extension, d’un abri de jardin, etc.) dont la charpente va reposer sur une poutre muralière,
  • la charge permanente et d’exploitation : charge du bois de structure et de la couverture (charge des solives, des pannes, des chevrons, de la toiture, etc.).

La charge d’exploitation dépend de la surface supportée par la muralière. N’oubliez pas que cette surface est probablement supportée aussi à l’autre extrémité, par exemple par une poutre porteuse ou une autre muralière. Il convient alors de diviser la charge sur la surface par deux, puisque la charge est répartie de part et d’autre, dans le cas d’un quadrilatère évidemment.

2. Déterminer la résistance d’une tige

Le tableau suivant énumère les résistances de rupture au cisaillement suivant la classe des boulons :

Classe des boulons 4-6 4-8 5-6 5-8 6-8 8-8 10-8
Coefficient de sécurité 0,5 0,6 0,5 0,6 0,6 0,5 0,6
Résistance de rupture au cisaillement f (daN/mm²) 40 40 50 50 60 80 100

La classe d’un boulon est ce code à 2 chiffres qui est généralement gravé sur la tête de vis (avec le sigle du fabricant) [...]

...Il y a une suite !
Pour lire la suite de l'article, devenez Membre
  • Ainsi vous découvrirez :
  • 1. Déterminer la charge sur la muralière
  • 2. Déterminer la résistance d'une tige
  • 3. Règle de positionnement de la tige dans la muralière
  • 4. Vérification de la résistance du bois au droit de l'assemblage
  • Exemple d'application
  • Et de nombreuses illustrations haute-définition :
  • Schéma de fixation d’une muralière sur une façade


  • mais aussi le téléchargement du guide de construction COMPLET au format PDF, les vidéos de formation exclusives, les outils de calculs, les composants SKETCHUP, etc. etc.

    Pour devenir Membre, il suffit d’acquérir un de nos packs en fonction du type de projet que vous souhaitez réaliser :

Librairie