Anatomie d’une charpente de toiture en pavillon

bruno

Selon les dimensions de la structure, le type de couverture et l’envergure de la charge permanente de l’ouvrage et de la charge d’exploitation de la région, la charpente de toiture en pavillon peut être simple, compliquée ou très compliquée à réaliser pour un bricoleur.

Charpente en pavillon simple (type 1)
  • 1 : Traverse
  • 2 : Arêtier
  • 3 : Chevron
  • 4 : Clé de charpente

C’est une charpente assez simple à réaliser. Elle est adaptée à différentes couvertures assez légères (shingle, tôle, bac, tuile en bois, etc.) et sans surcharge importante.

Charpente en pavillon avec faux entrait (type 2)
  • 1 : Traverse
  • 2 : Faux entrait doublé
  • 3 : Poinçon
  • 4 : Arêtier
  • 5 : Chevron

C’est une charpente renforcée par des entraits au niveau des arêtiers. Elle permet d’augmenter la résistance de la charpente au vent et à la charge. Cette charpente peut donc supporter une charge permanente importante avec une couverture en tuile mécanique par exemple. La surcharge peut aussi être plus importante en augmentant les sections des arêtiers et des chevrons.


Charpente en pavillon avec ferme (type 3)
  • 1 : Traverse
  • 2 : Entrait
  • 3 : Arbalétrier
  • 4 : Contrefiche
  • 5 : Poinçon
  • 6 : Arêtier
  • 7 : Panne à dévers
  • 8 : Chevron d’arêtier
  • 9 : Tasseau

Pour un ouvrage de grande envergure, dans une région de zone 3 ou 4, il faut opter pour la couverture avec ferme. Elle permet d’asseoir la charpente sur les poteaux pour ainsi accroître la charge portante de la charpente.