Les différentes structures de chevronnage

bruno

En terme de chevronnage, on distingue celui en pente et celui à l’horizontal. Les fonctions et les efforts varient suivant la position et les efforts soutenus.

La charpente traditionnelle : à deux versants, en croupe

Charpente traditionnelle avec ferme

Les chevrons reposent sur la panne faîtière, la panne sablière et les deux pannes sablières. La portée des chevrons est alors réduite par deux dans ce cas.

La charpente avec chevron arbalétrier : en monopente, à deux versants, en toiture terrasse, à croupe

Chevron arbalétrier

Les chevrons reposent sur les pannes faîtière et sablière. Ces dernières supportent toutes les charges et les transmettent aux poteaux. La portée des chevrons est importante. C’est le cas de la plupart des toitures terrasses.

Chevron arbalétrier en pente

Même fonctionnement qu’une toiture monopente avec chevron en pente sur 2 appuis.

Chevron sur toiture avec arêtier (en croupe)
  • 1 : Chevron
  • 2 : Chevron d’arêtier ou arêtier
  • 3 : Empannon

Les chevrons sont répartis en chevron simple, chevron d’arêtier et empannon. Ils travaillent généralement en flexion. Les largeurs des empannons sont généralement de 50 mm moins épaisses.


Chevronnage horizontal

Chevron horizontal

Les chevrons supportent toujours les charges, et les transmettent aux pannes en pente. Ces chevrons travaillent en flexion mais avec un risque de déviation et de flambement sous les forces suivant la pente. Il faut interposer des entretoises si la charge est trop grande et les portées importantes. Cela dépend aussi du type de couverture.