Le guide de la Construction Bois
Accueil > Le grand guide de la construction bois > Connaître et choisir les matériaux de structure > La classification des différentes essences de bois

La classification des différentes essences de bois

mercredi 27 août 2014,
par  
Auteur
Editions BILP


On est souvent confronté à un choix difficile lors de l’achat et de l’identification de la meilleure essence correspondant à notre besoin car il y en a un peu plus de soixante dix essences classifiées sous plusieurs critères.

De plus, si le bois présente un aspect répondant parfaitement à notre attente, il faut encore connaître ses caractères physiques et mécaniques.

Ce chapitre vise à vous aider à demander auprès d’un professionnel de vente des informations précises pour votre choix ; on montre un aperçu des différentes classifications dont la principale est la classe d’emploi (ou de risque).


La classe des essences selon leur disponibilité

Selon le guide des essences de bois, FCBA, EYROLLES, édition 2008, classifier les essences selon leur disponibilité reste délicat car elle peut changer rapidement selon les facteurs politico-économiques des pays producteurs, ou selon les fluctuations commerciales.
Vous avez là un aperçu des différentes essences existantes et leur disponibilité sur le marché mondial.

Importante Azobé, Balau yellow, Balsa, Chêne, Cherry, Curupixa, Douglas, Épicéa, Fraké, Hêtre, Ipé, Iroko, Jaboty, Jatoba, Okoumé, Padouk, Peupliers, Pin maritime, Pin sylvestre, Red oak, Sapin, Tatajuba
Régulière Ayous, Bubinga, Châtaignier, Cumaru, Framiré, Frêne, Grapia, Ilomba, Itauba, Jelutong, Jongkong, Kapur, Kempas, Keruing, Kosipo, Koto, Lauan, white Maçaranduba, Makoré, Mansonia, Mélèze, Mengkulang, Merbau, Merisier, Moabi, Mogno, Ramin, Red alder, Sitka spruce, Tauari, Teak, Tiama, Tola, Virola, Western hemlock, Western red cedar
Limitée Acajou d’Afrique, Doussié Noyer, Amarante, Érable sycomore, Orme, Angelim, Imbuia, Sapelli, Aulne, Louro vermelho, Sipo, Basralocus (Angélique), Meranti, dark red, Dibétou, Niangon


La classe de durabilité : risque d’attaque biologique

Selon la norme NF EN 335-3, chaque type de bois est différemment sensible aux différentes agressions extérieures, dont notamment les insectes et les champignons.

Selon ce critère, il existe 5 classes d’essences selon sa résistance aux agressions des champignons, les bois de classe 1 étant les plus résistants et les essences de classe 5 les moins résistants ; 3 classes contre les agressions des insectes qui attaquent le bois sec et enfin le critère d’imprégnabilité.

Classification contre les agressions des champignons

  • Classe 1 : essence très durable face aux champignons
  • Classe 2 : essence durable
  • Classe 3 : essence moyennement durable
  • Classe 4 : essence peu durable
  • Classe 5 : essence très exposée aux agressions fongiques.

Classification contre les agressions des insectes

Dégâts provoqués par le Capricorne
  • Classe S : bois vulnérable aux attaques d’insectes
  • Classe M : essence moyennement sensible aux attaques
  • Classe D : bois pas ou très peu sensible aux attaques d’insectes

Pour savoir comment ces agresseurs travaillent, voir Le bois : qualités et contraintes.

Critère d’imprégnabilité

Unité de traitement par autoclave

Cette capacité à absorber l’humidité est essentielle lorsqu’il s’agit de traiter le bois contre les insectes et les champignons. Pour les essences non imprégnables, il est impossible d’effectuer un traitement à l’aide d’un produit de préservation en surface. Généralement, les bois non imprégnables sont très denses.
On peut distinguer 4 classes d’imprégnabilité qui va de 1 pour le bois imprégnable à 4 pour les essences non absorbantes.


La classe d’emploi (ou de risque)

Indication chez le fournisseur

La classification la plus courante que votre commerçant va vous parler c’est la classe d’emploi. Elle permet de voir à quel environnement, quelle situation de structure, le bois de la classe doit être adapté. Il est facile à comprendre.
On distingue 5 classes selon le degré d’humidité du milieu.

Classe Emploi et risques associés
1 Le bois de classe 1 est soumis à un taux d’humidité très faible. C’est généralement la classe choisie pour les ouvrages d’intérieur, sauf éventuellement pour des travaux en salle d’eau ou en cuisine
2 Un bois de classe 2 est utilisé en intérieur, mais avec des risques d’humidité occasionnelle
3 Un bois de classe 3 est prévu pour un usage extérieur, mais sans contact direct avec un sol humide. On distingue la classe 3a qui concerne les bois extérieurs soumis à une humidité occasionnelle et la classe 3b qui regroupe les essences résistantes aux intempéries, mais qui n’ont pas de contact direct avec le sol. On peut citer le parquet d’une terrasse en bois ou le bardage d’une cabane.
4 C’est la classe de bois destinés à être utilisés en contact permanent avec l’eau ou le sol, en milieu très humide (classe 4.1) ou en immersion (classe 4.2).
5 Bois en contact permanent avec de l’eau salé

En termes de norme, le bois possède de très nombreuses classifications mais on vous a montré là les critères essentiels afin d’avoir une bonne base et faire le choix pour votre future ouvrage en bois.




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Nous contacter

Indiquez ici vos coordonnées
Pour cela, rendez-vous sur cette page